Rechercher sur notre site

Archives

Environnement

Vigilance Météo Météo du jour Qualité de l'Air

Historiques

novembre 2010
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Recherche

La perspective d’un sauvetage irlandais soutient l’euro

novembre 19th, 2010 by cftchus

La perspective d\'un sauvetage irlandais soutient l\'euro

Le montant de l’aide qui pourrait être apportée aux banques irlandaises se précise et conforte les investisseurs dans l’idée qu’un sauvetage est acquis. Les taux irlandais se sont détendus. La monnaie unique est remontée au-dessus de 1,36 dollar.

  • Le déblocage d’un plan d’aide pour l’Irlande paraît acquis. A en croire les paroles du gouverneur de la banque centrale, Patrick Honohan, le pays, qui s’opposait initialement à une telle solution, est désormais prêt à recevoir un « prêt substantiel », qui pourrait s’élever à « plusieurs dizaines de milliards d’euros ». Le Fonds monétaire international (FMI) et les représentants européens sont actuellement à Dublin pour évaluer la situation des banques irlandaises. Car ce sont elles qui seraient destinataires des fonds. Tous ces éléments ont contribué à améliorer le sentiment des investisseurs. La monnaie unique en a profité. L’euro s’appréciait de 0,75 %, à 1,3632 dollar hier en fin de session européenne.
  • Ce rebond a coïncidé avec la détente des taux de l’Irlande. Le rendement des emprunts à 10 ans baissait de 3 points de base, à 8,11 %, tandis que les taux à 2 ans se détendaient de 25 points de base, à 5,16 %. Dans le même temps, la prime de risque du pays - mesurée par l’écart de taux avec l’Allemagne -s’étiolait, à 5,42 %, contre 6,46 % il y a une semaine au plus fort des tensions. Idem sur le CDS (« credit default swap ») irlandais, qui est repassé sous 500 points de base pour la première fois depuis le début du mois. L’évolution du CDS donne une idée du prix pour se couvrir sur les obligations irlandaises.

Le scepticisme demeure

  • Etant donné que le sauvetage des banques irlandaises a pour objectif d’éviter une contagion aux autres pays périphériques de la zone euro, les primes de risque de la Grèce et du Portugal diminuaient aussi hier. « Les investisseurs réagissent de manière très positive à la perspective d’un plan d’aide à l’Irlande, reconnaît Ciaran O’Hagan, chez Société Générale. Les titres de court terme vont certainement continuer leur progression une fois que le sauvetage sera lancé et à condition qu’on respecte la promesse de ne procéder à aucune restructuration avant la mi-2013. » Pour autant, le stratège est sceptique. « Je ne pense pas que la crise va être éteinte définitivement et il y a encore des craintes à avoir au sujet du projet de restructuration de la dette souveraine. »
  • Ce scénario évoqué lors du Conseil européen du 28 octobre n’a pas été détaillé aux investisseurs. Un gage leur a simplement été apporté la semaine dernière par plusieurs ministres des Finances : les obligations émises avant 2013 ne pourront pas faire l’objet d’une restructuration. Au-delà de cette échéance, les créanciers devraient être mis à contribution dans les éventuelles pertes. Hier, Mohamed el-Arian, directeur général de Pimco, le premier fonds obligataire au monde, s’est dit favorable à ce que la dette de l’Irlande soit restructurée. Interrogé par CNBC, le patron du fonds a jugé que prêter des fonds à Dublin n’était pas suffisant pour régler les problèmes. Pour lui, il faut aussi que les créanciers acceptent une réduction des sommes qui leur sont dues. « Il y a quelque chose de mauvais dans un système qui transfère toutes les prétentions des créanciers vers les contribuables. » Mohamed el-Arian partage à cet égard le point de vue des Allemands.

Source

Posted in Crise, Europe, Economie & Finance, Divers, Revue de presse |


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 16426 articles | blog Gratuit | Abus?